Dragon Ball FighterZ

Après une hype phénoménale lors de son annonce l’année dernière, Dragon Ball FighterZ est enfin sorti vendredi 26 janvier. L’attente en valait-elle la peine ?

Avec un peu plus de 35h de jeu dessus, je vais vous dire ce que j’en pense.

Un hommage à la série qui a bercé ma jeunesse

On ne va pas se mentir, une bonne partie de la hype autour de Dragon Ball FighterZ tient au fait que bon nombre d’entre nous ont dévoré les histoires de San Goku et de ses comparses Saiyan pendant des années. Depuis la série des Budokai, beaucoup ont attendu un jeu de combat qui enfin retranscrirait l’ambiance épique, rapide et explosive des combats du dessin animé.

Un exemple de Finish

Arcsys a réussi ce challenge. Dragon Ball FighterZ est juste parfait coté animation, graphisme et ambiance. c’est jouissif à jouer tant on a l’impression de regarder un dessin animé lors des finish, des intro de combattants, etc.

Du contenu en veux-tu en voilà

Contrairement à une certaine licence de versus que j’apprécie tout de même, Dragon Ball FighterZ est assez complet à sa sortie :

  • Un mode histoire d’une dizaine d’heures servant principalement à introduire (et débloquer) C-21, personnage crée pour le jeu.
  • Un mode arcade disposant de trois routes de 3, 5 et 7 combats successifs.
  • Un mode training avec des défis pour les combos des différentes perso du jeu.
  • Le mode combat d’arène qui permet d’affronter les joueurs du hall.
  • Un mode ring qui permet de faire des combats entre amis ou contre d’autres joueurs du hall.
  • Un mode local pour du canapé versus ou du tournoi.
  • Et bien sur les combats mondiaux pour faire du casual match ou du ranked.

Bref, il y a de quoi s’occuper un bout de temps sur Dragon Ball FighterZ.

Un bémol toutefois, la partie online constante du jeu s’avère parfois casse-pieds. Les serveurs ne sont pas ultra stable : c’est bien mieux que lors des bétas, mais c’est pas encore ça.

déco, pas déco ?

Le match making des combats d’arène ne fonctionne pas tout le temps et on se retrouve à attendre des dizaines de minutes alors qu’il y a 12 personnes en attente de match dans l’arène. Et lorsqu’un combat se lance, il faut prier pour ne pas se prendre une déconnexion du hall durant le combat.

Facile à prendre en main, difficile à maîtriser

Le gameplay de Dragon Ball FighterZ est plutôt agréable dès la prise en main. C’est un mix entre le stylish et le technical des autres jeux Arcsys.

Masher les touches produit des combos spectaculaires et le fun est tout de suite présent, ce qui ravira les personnes peu friandes de versus game ou cherchant juste du fun dans l’univers de Dragon Ball Z.

Néanmoins, le jeu prend tout son ampleur des qu’on commence à jouer de façon plus réfléchie pour punir un adversaire un peu trop agressif avec un combo manuel lui retirant la moitié de sa barre de vie.

La courbe d’apprentissage du gameplay semble douce et chacun pourra progresser facilement dans Dragon Ball FighterZ, pour peu de passer un peu de temps en training et défis combos.

Un platine plutôt accessible

Chose plutôt rare pour un jeu de combat, Tekken 7 à part, le platine de Dragon Ball FighterZ semble plutôt accessible. après 35h de jeu j’en suis à 72% et il ne me reste que deux trophées « simples » à faire du online.

Deux trophées seront particulièrement long : My Power Level is 530,000 et Set for Life demandant respectivement d’atteindre 530 000 points en combats classés et d’accumuler 20 000 000 de zenys, la monnaie du jeu.

Vous pouvez retrouver la liste complète des trophées de Dragon Ball FighterZ et suivre ma progression sur psnprofiles.

En conclusion

La hype était justifiée ! On peut effectivement reprocher deux trois trucs à Dragon Ball FighterZ, mais il est pour moi le meilleur jeu Dragon Ball Z existant, et un des meilleurs versus game de cette génération de console en terme de graphisme et d’animation.

N’hésitez pas à me pinger sur twitter pour faire un match à l’occasion !

 

Recevoir les nouveaux articles directement par mail

 

Auteur de l’article : Nicolas

Gamer de 34 ans, tombé dans les jeux vidéo il y a plus de 20 ans. Acheteur compulsif de jeux PS4, Psvita et PC pour vous en parler ici, avec une grosse préférence pour les (J)RPG de toutes sortes.